Le savon à l’huile végétale

No Comments

L’huile végétale est toute indiquée pour la fabrication du savon. Toutefois, on ne peut pas utiliser de la même façon toutes les huiles végétales, chacune ayant ses spécificités et ses avantages mais aussi ses limites. Il est également intéressant de savoir en quoi consistent les différences principales entre l’utilisation de l’huile d’origine végétale et la graisse animale.

Les qualités d’un savon à l’huile végétale

Selon la qualité escomptée quant à la douceur, la fermeté, l’abondance et l’onctuosité de la mousse du savon, certaines huiles seront plus adaptées. Il faut aussi prendre en compte la préservation de la couche protectrice de la peau mais aussi de la sensation de propreté et de nettoyage après utilisation.

On peut bien-sûr utiliser simultanément plusieurs huiles lors de l’élaboration du savon à l’huile végétale.

Une huile, un mélange d’acides gras

Ce qui fait la spécificité d’une huile c’est les acides gras qu’elle contient et ceux-ci jouent sur les propriétés du savon obtenu. L’acide stéarique pour rigidifier le produit et obtenir une mousse onctueuse, l’acide oléique, pour préserver la peau…

Les proportions de ces acides gras varient selon les huiles et beurres. Ils seront les corps gras utilisés pour la saponification. Il faudra faire de savants mélanges pour parvenir au rapport escompté entre dureté, onctuosité, mousse et sensation d’après rinçage.

Voici un tableau informatif assez complet glané sur le net (sur le site Aromazone);

les acides gras, spécificités et provenances

On constate alors que l’acide laurique, l’acide palmitique, l’acide stearique, sont tout indiqués pour augmenter la dureté de notre savon. Pour obtenir une mousse abondante, il vaut mieux se tourner vers l’acide laurique, l’acide myristique, l’acide ricinoléique. l’acide oléique et l’acide linoléique sont idéals pour obtenir un savon doux.

il ne faut pas oublier qu’en fonction de la provenance de vos huiles (beurre de cacao, cire, argan, huile de coco, de noix, huile d’olive, …), votre savon développera un parfum ou un mélange de parfums spécifiques.

Attention au savon surgras, disposant de graisse en excédant à cause de la quantité de soude réduite lors de la saponification ou l’ajout de corps gras après la réaction, qui peut alors rancir (oxydation) et voir sa couleur changer tout en dégageant un odeur de rance. Certaines huiles sont alors plus stables que les autres et évitent ce phénomène. On a aussi les pépins de pamplemousse ou l’huile ou l’huile essentielle de romarin pour favoriser la conservation.

C’est en jonglant entre les propriétés des huiles pour faire varier les différents paramètres exposés dans cet article que vous devriez pouvoir obtenir le savon qui vous conviendra.

Savon à la graisse animale

Tout d’abord, il faut reconnaître que l’idée de se laver avec des graisses animales n’est pas agréable mais c’est une réalité, certains savons en contiennent sous les appellation tallowate de sodium (boeuf) ou sodium lardate (porc).

Ces graisses sont utilisées dans un objectif économique, pour ne pas jeter les couennes et pour limiter le coût de production de savons vendus parfois assez cher. Leurs prix n’est donc pas justifié. De plus, la graisse animale n’aura pas les vertus des huiles présentées dans cet article.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>