Les effets destructeurs des produits chimiques sur l’écologie

No Comments

Après de nombreuses années d’excès et d’insouciance, l’écologie constitue à présent une sujet d’étude majeur, étant un enjeu déterminant pour les générations à venir. La grosse machine industrielle et la surconsommation semblent très difficiles à ralentir. Au contraire, le mouvement semble accélérer sans cesse. Ainsi les excès restent, quant à l’insouciance, elle a laissé place à l’angoisse ou au dépit. Détergents, pesticides, métaux lourds, cet article constitue un bref passage en revue des principaux types de pollution induits par les produits chimiques et de leurs effets sur l’environnement.

Les pesticides

Herbicide, fongicide, insecticide, souricide, ce sont tous les produits chargés d’éliminer les organismes considérés comme nuisibles. On compte environ cent familles différents de ces produits; les organophosphorés, organochlorés, carbamates… L’agriculture, l’industrie, l’entretien de espaces verts et de voie de circulation ont entraîné leur utilisation intensive. Présents dans l’eau des rivières, la nappe phréatique, le sol en général et tout simplement l’air que nous respirons, on finit ensuite par les retrouver dans l’eau de consommation, les légumes et les produits animaux (lait, oeufs, viande et poisson).

Se dégradant généralement peu, ils finissent par s’accumuler dans les organismes, dont l’organisme humain, avec des taux encore plus élevés chez les jeunes générations qui peuvent être déjà contaminés avant même la naissance. Vous trouverez des précisions sur le site de l’observatoire des résidus de pesticides.

Les métaux lourds

Ce sont les métaux dont le numéro atomique est supérieur à 20. Il sont généralement présents en très faible quantité dans la nature et ne sont pas nécessairement néfastes. Le cuivre et le zinc par exemple sont nécessaires au bon fonctionnement métabolique de certains organismes.

Parmi les métaux toxiques, on trouve le plomb, le mercure, l’arsenic, le cadmium, le titane, le chrome mais aussi le cobalt, le manganèse, le molybdène, le nickel. On les considère comme micro polluant, ce qui signifie que même de quantité de produit sont néfastes et ce par le phénomène d’accumulation dans l’organisme.

Ils sont rejetés par les usines, les tanneries, les papeteries. L’agriculture, l’incinération des déchets, la pollution atmosphérique induite par la combustion des carburants (pour le plomb) sont autant de source de métaux toxiques (site du CNRS).

Les détergents

Un détergent est utilisé pour ses propriétés tensioactives qui permettent le nettoyage. On en retrouve donc fréquemment dans les lessives, sous forme de détergents anioniques.

Une des causes de pollution est la présence croisée de phosphates, chargés de réduire la dureté de l’eau pour optimiser l’action lavante des détergents. Autrefois très présents dans les lessives (on peut les remplacer par les zéolithes, ou zéolites) et en trouve encore dans les produits nettoyants pour lave-vaisselle. Le phosphate étant un nutriment, des végétaux en particulier, un des risques d’une forte concentration en phosphate dans l’environnement est l’eutrophisation. Ce phénomène entraîne la prolifération de certains végétaux aquatiques avec pour corollaire l’épuisement de l’oxygène de l’eau. Les conséquences: diminution de la biodiversité et augmentation du volume d’algue, perte des qualités organoleptiques de l’eau, apparition de vase sombre et putride…

Preuve de l’ancienneté des préoccupations autour des effets polluants des détergents, ce rapport de l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) datant de 1973.

Pour poursuivre

Voici un court article complémentaire listant d’autres types de pollution provenant d’autres produits chimiques.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>