la fabrication du miel par les abeilles

No Comments

La production du miel par les abeilles, la mellification, est un processus fascinant, un miracle symbiotique entre les plantes et les insectes. De cette méthode de fabrication du miel, il résulte un produit naturellement protégé contre les parasites tels que les moisissures, les champignons et les bactéries, un bienfait naturel avec des qualités nutritionnelles étonnantes.

Le « travail » des abeilles passe par différentes étapes. Premièrement, il faut récupérer le nectar via le butinage, processus qui implique aussi le transport des pollens (et la pollinisation des fleurs). Ensuite, c’est la transformation enzymatique du nectar en miel qui s’opère. Pour terminer, c’est la finalisation et la maturation du produit qui donnera au miel toute ses propriétés et ses qualités de conservation.

les alvéoles de la ruche

Le butinage

Cette étape permet à l’abeille d’aller recueillir le nectar des fleurs ou bien le miellat. Ce miellat est un résidu provenant des insectes suceurs tels que le puceron. Ce sont des sécrétions excrétées par leur consommation de sève d’arbres. Le nectar de fleur quant à lui est un mélange d’eau et de saccharose.

L’abeille écarte les pétales de la fleur mellifère. C’est une fleur dont les spécificités permettent le prélèvement du nectar par la langue de l’abeille. Celle-ci plonge ensuite sa tête dans la fleur et aspire le nectar en allongeant sa langue. Ce nectar est ensuite conservé temporairement dans son jabot parfois nommé « estomac à miel ».

C’est aussi lors de cette étape que l’abeille transporte sur elle du pollen de la fleur prélevée. Ce pollen sera ensuite déposée sur d’autres fleurs du parcours de collecte du nectar. C’est la pollinisation.

Il faut toutefois retenir que le pollen n’est pas impliqué directement dans la fabrication du miel bien qu’il puisse servir de nourriture aux abeilles.

la transformation du saccharose du nectar

Le saccharose contenu dans le nectar se transforme dans le jabot de la butineuse. Sous l’effet d’une réaction chimique d’hydrolyse, induite par une enzyme appelée invertase, il devient glucose, fructose ou maltose qui sont d’autres types de sucres.

la transmission à l’abeille ouvrière

Le nectar transformé est régurgité par la butineuse et transmis à une abeille ouvrière ou receveuse. L’eau est alors remplacée par le suc gastrique de l’ouvrière. L’ouvrière régurgite puis ré-ingurgite le nectar. Mêlée à la salive, aux sucs digestifs pour finaliser la digestion du sucre, l’eau disparaît progressivement.

Une partie du glucose est transformé par une autre enzyme appelée glucose oxydase. La réaction chimique produit de l’acide gluconique et du peroxyde d’hydrogène. l’acide affaiblit le pH du miel, ce qui le protège des parasites (bactéries, champignons).

Le miel est ensuite déversé dans les alvéoles de la ruche. Par l’effet de la température ambiante et l’action des abeilles ventileuses, l’eau s’évapore progressivement.

Le miel est conservé dans les cellules. Il peut alors servir aux abeilles de nourriture lors des saisons défavorables. Le miel peut se conserver plusieurs mois dans les alvéoles, celles-ci étant obturées par des bouchons de cire.

Dans un miel à maturité la teneur en eau se trouve au alentours de 18 %.

Maturation du miel

conservation du miel

Le miel s’épaissit petit à petit, stocké dans les alvéoles.

L’alourdissement de la ruche annonce la fin de la miellée et l’arrivée de la récolte par l’apiculteur.

Le goût et l’apparence du miel changent selon les fleurs à l’origine du nectar. Si les abeilles butinent un type de fleurs unique, un champ de lavande par exemple, il en résulte du miel dit de lavande. On trouve aussi le miel de jujubier, très réputé pour sa haute qualité, le miel d’acacia. Le miel est dit toutes fleurs si les espèces de fleurs sont mélangées.

Sources: Le miel sur wikipedia

site web de l’office pour les insectes et leur environnement

Site de onebee

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>